Une porte de sécurité doit réduire le risque d’effraction. Les banques, commerces et bâtiments industriels et publics font installer de telles portes équipées de serrures motorisées. Mais des systèmes de sécurité non testés ne sauraient proposer une protection intégrale. Ils ont en effet un point faible : le câble. Le câble de raccordement à la serrure motorisée ou électrique doit toujours être posé dans un endroit protégé et inaccessible.

Selon la construction de la porte, le câble ou les passages de câbles peuvent être dégagés relativement facilement par les cambrioleurs. Ils ne sont ainsi plus un attribut de sécurité mais deviennent un facteur de risque. Avec le savoir-faire requis, le cambrioleur peut court-circuiter l’alimentation électrique du câble dégagé avec une batterie ou un accumulateur. Et que se passe-t-il alors ? Précisément, la porte de sécurité supposée sûre s’ouvre.

Pour réduire ce risque, on peut bien sûr protéger mécaniquement les câbles posés : avec des plaques de protection contre le perçage ou des tubes métalliques. Mais le passage de câbles reste un point faible.

Néanmoins, si le client a des exigences de sécurité élevées selon la norme de protection anti-effraction SN EN 1627, vous devez lui conseiller des systèmes de porte équipés d’un câblage à cryptage BUS ou d’une protection contre les manipulations comme on en trouve aujourd’hui dans les contrôles des systèmes RC3.

Ces systèmes de sécurité à cryptage BUS travaillent avec une unité de contrôle. Ce module crypte tous les signaux émis. De plus, il permet d’analyser en permanence l’état de la serrure avec une intégration dans le système d’alarme et de gestion du bâtiment. Une protection contre les manipulations doit être planifiée dans la partie protégée au niveau du câble de raccordement correspondant. Elle satisfait à la classe de protection la plus élevée (classe 3) en termes de manipulation électrique selon EN 14846.

Il est important de ne pas prendre en compte qu’un composant pour satisfaire aux exigences de sécurité comme par exemple la serrure mais de considérer l’ensemble de la porte. Du point de vue de la sécurité, on ne peut qu’optimiser une porte existante. Mais elle sera loin d’offrir la protection d’un système anti-effraction testé RC3.

Vous pouvez conseiller votre clientèle avec compétence grâce à ce savoir-faire. En effet, le client ne connaît la plupart du temps que ses exigences de sécurité mais pas les systèmes dont il dispose. Nous nous ferons un plaisir de vous assister.

Volker Otterstätter

Volker Otterstätter

 

Responsable du centre de
compétences Technique de porte

Kompetenzcenter Türtechnik – offen für alle Fragen

Tür ist nicht gleich Tür. Ob Brandschutztür, Eingänge zu Mehrfamilienhäusern, Schiebe- oder Sicherheitstüren: Sie alle erfordern ganz unterschiedliche Technik und spezifisches Know-how. Genau das haben unsere Fachberater Türtechnik Volker Otterstätter und David Landgraf. Ganz gleich, ob Ihre Fragen eher allgemein oder sehr speziell sind: Unsere Experten können Sie kompetent beantworten und stehen Ihnen auch in Sachen Support zur Seite.

Kontaktieren Sie unsere Türtechnik-Fachberater:

per E-Mail: opo@opo.ch 
telefonisch: 044 804 33 11